Adultes

Maternité

FEMME ENCEINTE

Tout au long de sa grossesse, accompagner la femme enceinte dans sa maternité, dans la modification de son schéma corporel, de l’espace dans son ventre pour elle et pour son bébé.
Lui apprendre à mieux respirer, la préparer à l’approche directe de l’accouchement, à contrôler les contractions et surtout à potentialiser les temps de récupération entre les contractions; de prendre confiance en elle en tant que futur parent tout en gardant une place pour soi, pour le couple.

EXEMPLE : l’accouchement est prévu dans 3 mois.
Après une série d’exercices corporels et respiratoires, faire visualiser à la femme enceinte son accouchement dans 3 mois : je me visualise en train de mettre en pratique les exercices, je me vois en position, je me vois inspirer, je me vois pousser, je me vois en même temps avoir les images positives que
je me suis projetées…
De semaine en semaine, au fur et à mesure de l’évolution de la maternité, lui faire des sophro-acceptations-progressives : progressivement la faire se rapprocher du temps T, se voir se déplacer dans sa capacité à vivre différemment les choses, vu du dedans et vu du dehors.
Je conseille quatre séances de préparation à l’accouchement, si possible en complément du travail d’une sage-femme et j’offre en cadeau de naissance une séance au retour à la maison.

FECONDATION MEDICALEMENT ASSISTEE

Accompagnement physique et psychologique de la femme au cours des différents traitements et temps d’attente lors d’une fécondation médicalement assistée (Fécondation in vitro, Fécondation intra-utérine, ICSI, dons d’ovocytes…).
Il s’agit de faire travailler la femme de façon à élargir son champs de vie sur le plan privé comme sur le plan professionnel : retrouver ses activités, ses centres d’intérêts (ne pas rester fixée sur sa frustration : « je suis pas qu’une femme qui n’arrive pas à être enceinte »).
Lui apprendre à se positiver dynamiquement.
Diminuer les tensions musculaires, stimuler la détente, développer la connaissance de son corps, s’y sentir bien, renforcer sa capacité respiratoire.
Préparer son corps aux différents traitements, se positionner comme partenaire avec l’équipe de
soignants ; être acteur et non objet du traitement, du déroulement de la FIV.

EXEMPLE : nous sommes la veille de l’incorporation de l’embryon dans l’utérus.

Après quelques exercices corporels et respiratoires, bien détendue et tout particulièrement au niveau du ventre (zone essentielle dans ce parcours), prendre conscience de cette partie de son corps, l’imaginer comme un berceau prêt à accueillir ce petit embryon, le rendre le plus douillet, le plus accueillant possible, le plus ouvert. Se projeter le lendemain dans ces mêmes sensations, ces mêmes dispositions.

Je conseille deux séances au préalable, puis éventuellement l’une ou l’autre en cours de traitement pour
optimiser celui-ci.

Dépression

LA SOPHROLOGIE EST TOUT À FAIT ADAPTÉE À LA PERSONNE DÉPRIMÉE OU DÉPRESSIVE.
Souvent en complément d’une thérapie chez un psychologue ou psychiatre, la sophrologie permet une prise en charge de la personne en dépression sur le plan corporel.
Il s’agit, dans un premier temps, de lui apprendre à se détendre en profondeur, se sentir bien dans son corps ; par la suite, apprendre à prendre du recul par rapport à ses difficultés, sa dépression ; retrouver, pas à pas, une dynamique de vie et ainsi se projeter plus positivement.
La sophrologie permet de retrouver une véritable source de vie, source d’envies et ainsi dynamiser le
travail thérapeutique avec le psychologue.

EXEMPLE : s’installer dans un fauteuil et se poser le plus confortablement possible en prenant conscience des points d’appui : prendre appui au sens propre et sens figuré !
Respirer profondément en quatre temps : un temps d’inspiration, un temps de pause, un temps d’expiration, un temps de pause ; prendre ainsi le contrôle de sa respiration, et avec un peu d’expérience,
reprendre le contrôle de soi, de ses émotions et de ses envies.
Je conseille quatre à six séances pour ancrer les bienfaits.

Douleurs – Maladies

MALADIE À TRAITEMENT LONG

Accompagnement de la personne lors d’un traitement long (cancer, Parkinson, VIH…), lui apprendre à se détendre en développant une meilleure connaissance de son corps, repérer les points de tension, de souffrance et retrouver des points «ressource» dans son corps (non souffrants, non malades).
Dans la mesure du possible, stimuler un certain tonus, une présence à soi, se positionner comme acteur de son traitement (et non le subir), être partie prenante dans la prise en charge de sa maladie avec l’équipe soignante.
Trouver ou retrouver des centres d’intérêt adaptés au moment présent.
Renforcer sa capacité de sommeil réparateur et développer les différents stimuli des 5 sens.

EXEMPLE : prendre un moment pour soi : après quelques stimulations de détente, évoquer un endroit de calme soit à partir d’un souvenir vécu, soit imaginaire : le vivre en stimulant les 5 sens (les images, les couleurs, les odeurs, les sons, les saveurs, le toucher), s’y ressourcer et prendre conscience qu’évoquer ce lieu induit des sensations plus agréables dans son corps, se projeter ainsi dans une après-midi plus tranquille ou dans un sommeil plus réparateur.
Je conseille deux ou trois séances et évaluer ensuite le besoin spécifique de la personne.

DOULEUR PRE OU POST OPÉRATOIRE

Accompagnement d’un patient ayant programmé une intervention chirurgicale, ou ayant déjà subi une telle intervention ou pour toute autre cause pouvant provoquer une douleur
Lorsqu’il s’agit d’une intervention programmée, la personne va travailler tout particulièrement sur la gestion de ses émotions et de ses peurs. Elle va apprendre à se détendre le plus profondément possible et à se concentrer sur chaque partie de son corps, ne focalisant pas que sur la partie douloureuse, apprendre à reconnaître les parties détendues tout en ayant éventuellement une zone plus crispée ou plus sensible ; pouvoir se « ressourcer » dans ces zones détendues voire même imaginer comme un rayonnement vers les zones plus douloureuses.

Pour ce qui est de la douleur effective, il est possible de fortement diminuer, voire même de supprimer cette douleur. Avec un peu d’entraînement et quelque patience et bienveillance, n’importe qui peut réussir. Toutefois, il est important de rappeler que la douleur est souvent un signal d’alarme utile.

EXEMPLE : Chez son dentiste …! prendre le temps de s’installer le plus confortablement possible sur le siège en prenant conscience des points d’appui. Stimulation et détente des muscles de tout le corps. Exercices de respiration abdominale et concentration sur cette respiration afin de ne plus focaliser son attention sur la partie du corps où a lieu l’intervention. Ancrer son attention sur ses mains posées sur son ventre et se concentrer sur sa respiration : reflex en cas de stress au cours de l’intervention.
On va travailler également la stimulation sophro-projective : se projeter par visualisation sur un événement postérieur à l’intervention (voyage, imaginer sa bouche en parfait fonctionnement,…).
Je conseille une séance, voire une deuxième la veille de l’intervention.

Pour la douleur proprement dite, je conseille deux à trois séances et ensuite de faire le point.

Addictitions-Tics

ADDICTIONS : CIGARETTE – NOURRITURE – ALCOOL – DROGUE – JEU – LESSIVE ( !) – SPORT – COLLECTION – PORTABLE

Nous sommes tous addicts à quelque chose mais bien sûr ces addictions sont plus ou moins importantes, envahissantes, pouvant même, mettre notre vie en danger.
Il s’agit d’apprendre à la personne addict à se détendre, à prendre conscience du mécanisme d’addiction, à cerner les habitudes, attitudes associées à celle-ci.
En effet l’addiction est souvent accompagnée de gestes, d’activités positives et lorsqu’on met un frein ou un terme à cette addiction, on arrête également toutes ces habitudes bénéfiques.
Il s’agit donc de mettre en valeur la dynamique positive de ces habitudes tout en diminuant l’addiction voire l’arrêter.

EXEMPLE : lorsqu’on veut arrêter de fumer, on arrête souvent en même temps la pause, la respiration plus profonde, l’échange avec les collègues, … qui y étaient souvent associés au geste de la cigarette.
Au lieu d’arrêter de fumer, on arrête quatre actions dont trois bénéfiques !
On se prive de cet échange, de cette pause, de cette respiration plus profonde.
Après quelques exercices de stimulations musculaires et respiratoires, en détente, il s’agit d’aider la personne à mettre en évidence ses actions positives, les dynamiser, s’approprier toute cette dynamique et ensuite se poser la question : dois-je y associer absolument la cigarette ? !!!
Elle diminue donc le nombre de cigarettes pour finalement pouvoir l’arrêter complètement, tout en continuant les bonnes habitudes !

Je conseille deux ou trois séances, ensuite faire un point et éventuellement reprendre une série de séances.

TICS

A certaines périodes de la vie, nous pouvons mettre en place un système de gestion de nos émotions en ayant des tics. C’est un système de protection mais qui au bout d’un temps dérange les autres ou nous dérange.

Après quelques exercices de stimulations musculaires et respiratoires, en détente, il s’agit d’aider la personne à mettre en évidence ses émotions mal gérées et mettre en place un système de gestion plus confortable et plus approprié. Développer un sentiment de sécurité, de confort et de bien-être.

Je conseille deux ou trois séances, ensuite faire un point et éventuellement reprendre une série de séances.